Bruits de Marché

Aucune raison de modifier ses convictions sur la base des prévisions du FMI

Pour employer les termes de Nate Silver (tirés de son excellent ouvrage évoqué récemment par nos collègues de Bond Vigilantes), cette semaine a été marquée par de nombreuses « rumeurs » (commentaires subjectifs) et très peu de « signaux » (données objectives).

Durant la période d’accalmie qui a suivi la vague de données économiques publiées la semaine dernière (concernant notamment l’inflation, le secteur manufacturier, l’immobilier et l’emploi aux États-Unis) et qui précède l’annonce des bénéfices des entreprises la semaine prochaine, les acteurs du marché ont eu tout loisir d’écouter les commentaires des décideurs, hommes politiques et autres experts du monde entier (comme ceux du FMI, de la Banque mondiale, du gouverneur de la Banque du Japon, des responsables politiques européens et de la Réserve fédérale américaine).

Les prévisions semestrielles relativement moroses du Fonds monétaire international (FMI) concernant l’économie mondiale ont suscité une certaine agitation, notamment ses mises en garde concernant l’« effervescence » des marchés boursiers et la révision baissière de ses propres prévisions antérieures concernant la croissance mondiale. Nous aimerions tous être capables d’anticiper l’orientation future des marchés financiers, mais compte tenu de l’incapacité chronique des prévisionnistes à établir des anticipations exactes, la meilleure façon de mettre toutes les chances de son côté à l’avenir est d’étudier les faits actuels, de s’interroger sur ce que les réactions d’autrui peuvent nous enseigner et de réfléchir à nos propres réactions.

Dans un contexte aussi incertain, il est tentant de vouloir se raccrocher à quelques certitudes en accordant une grande importance aux prévisions d’« experts » comme le FMI. Le problème lié au fait de privilégier les prévisions du FMI aux dépens de son propre point de vue a été mis en évidence par la révision, cette semaine, des prévisions que le Fonds avait publiées il y a à peine six mois : de toute évidence, le FMI n’a pas plus de certitudes concernant l’avenir que le reste d’entre nous. C’est pourquoi, dans ce brouhaha de déclarations, il est important de garder ses propres convictions, sauf si des preuves tangibles indiquent que l’on fait fausse route. Si vous détenez des actifs sur la base de votre propre évaluation des faits (ce qui devrait être le cas), le fait qu’un tiers, même s’il s’agit du FMI, émette une prévision spécifique ne devrait pas changer grand-chose. Bien entendu, il est également important de ne pas rester totalement indifférent à de telles annonces. Par ailleurs, la volatilité à court terme qu’elles sont susceptibles de générer peut créer des opportunités intéressantes.


La valeur des investissements peut fluctuer et ainsi faire baisser ou augmenter la valeur liquidative des fonds. Vous pouvez donc ne pas récupérer votre placement d'origine.